Le Zinc, garant de votre immunité

S’il y a bien un oligo-élément à ne pas négliger face au coronavirus, c’est le zinc, second minéral antiviral.

Minéral antiviral,  il lutte efficacement contre tous types d’infections et offre des propriétés bactéricides. Une carence et le système immunitaire est en berne quel que soit notre âge.  
Son rôle dans l’immunité : ll est impliqué dans toutes les étapes de fabrication des anticorps et des globules blancs. Il vous aide à la fois à :

  • Fabriquer des protéines (médiateurs et anticorps) capables de lutter contre virus et bactéries.
  • Opérer les divisions cellulaires qui servent à la « fabrication » de l’armée immunitaire.

Attention aux déficits en zinc pour l’organisme.

Catalyseur majeur des réactions enzymatiques de l’organisme (il participe à plus de 200 fonctions enzymatiques), le zinc est souvent déficitaire, particulièrement chez la femme et les plus de 60 ans.
En plus de l’immunité, il agit sur la respiration, il est protecteur des artères en  diminuant le risque d’athérosclérose, est une aide en cas d’hypothyroïdie, aide au contrôle de la glycémie aurait une action  dans le ralentissement de la DMLA, contribue à la fertilité…
Il est également la clé de voute de la réparation tissulaire, notamment au niveau de la muqueuse intestinale. Il est aussi un allié de la peau, des cheveux et des ongles.
Comme le fer, notre corps en contient entre 2 et 4 grammes, seulement voilà notre alimentation est appauvrie en micronutriments : manque de diversification alimentaire,  aliments dénaturés et pollués ne permettent pas d’assurer nos besoins ! D’autre part, nos besoins augmentent en raison du stress auquel nous sommes soumis !
Il faut savoir que la vitamine B6 et le zinc sont essentiels pour le système nerveux qui contrôle la peur, les émotions et le stress.
Notre corps ne stocke pas le zinc : il faut donc en manger chaque jour pour atteindre les apports journaliers recommandés. Les apports nutritionnels recommandés en zinc vont de 8 à 15 mg/jour. Ils sont un peu plus élevés chez les femmes enceintes et allaitantes : 11-13 mg/jour
Attention cependant : le zinc peut être mal absorbé, et il faudra parfois plusieurs mois pour éliminer les carences.

Fatigue, infections, perte de cheveux… les symptômes de déficience en zinc sont multiples et variés

Second minéral après le fer, le zinc intervient dans de nombreuses fonctions de l’organisme et en cela les symptômes d’un déficit sont variés. Citons entre autres  : fatigue, infections à répétition, rhinites, allergies chroniques, sinusites et otites fréquentes, perte d’appétit, symptômes dépressifs, retard de croissance, perte de cheveux, ongles cassants et/ou tâches blanches sous les ongles, problèmes cutanés tels qu’une grande sécheresse de la peau, acné, eczéma, herpès, la perte de goût et de l’odorat également

Dans une période où chacun se préoccupe de savoir si son système immunitaire fonctionne de façon optimale, corriger une carence ou un déficit en zinc permet aux différents globules blancs impliqués (macrophages, neutrophiles, lymphocytes…) dans les défenses immunitaires de retrouver leur niveau d’activité normal.

Diversification et réequilibrage alimentaire

Voici une dizaine d’aliments riches en zinc à envisager dans vos repas mais la liste est loin d’être exhaustive et seule une alimentation variée permettra avant tout  d’apporter une correction et de fournir de multiples minéraux, oligo-éléments et vitamines.

Légumineuses et céréales complètes

  • Les céréales complètes et le germe de blé (3 mg pour 30 g) si bien sûr vous n’êtes pas intolérants au gluten. De plus, elles sont riches en fibres 
  • Les légumineuses comme les petits pois chiches ou pois cassés, les lentilles, les haricots rouges, les fèves, contiennent des quantités non négligeables de zinc : environ 3 mg pour une tasse de lentilles cuites.

Consommer les en salade, en purée, ou en soupe tout simplement !

IMPORTANT : Il faut donc les faire tremper 12 h avant cuisson et jeter l’eau de trempage. Pourquoi ? Car elles contiennent aussi des phytates, des antinutriments qui inhibent l’absorption du zinc et des autres minéraux. En fait, ces  phytates diminuent l’assimilation du zinc en le piégeant dans le tube digestif. Ils sont toutefois inactivés dans les pains au levain.C’est pourquoi on réduira la teneur en phytates des légumes secs et céréales en les faisant tremper avant de les cuisiner.

Oléagineux, graines et chocolat

Manger des oléagineux comme les pignons, les amandes, les noix de cajou, les noix apporte un bon complément journalier en zinc. Les graines de courge  et sésame (3 mg pour ¼ de tasse)  et chanvre contiennent du zinc.
Ce sont les graines de chanvre qui en sont les plus riches : 30 grammes (3 cuillères à soupe) contiennent presque 4 mg de zinc.  Les graines de sésame, pignons de pain, noix de cajou apportent  5,5 mg/100 g
En plus elles contiennent des fibres, des graisses bonnes pour la santé, des vitamines et des minéraux qui en font un excellent complément.Si vous choisissez un chocolat entre 70 et 85 % de cacao, vous aurez 1.6 mg de zinc pour 50 grammes.
Si vous choisissez un chocolat entre 70 et 85 % de cacao, vous aurez 1.6 mg de zinc pour 50 grammes. Attention toutefois, 50 g de chocolat noir, c’est aussi 300 calories.Attention toutefois, 50 g de chocolat noir, c’est aussi 300 calories.

Coquillages et crustacés

Les huîtres sont particulièrement riches en zinc mais attention à leur provenance.  6 huîtres de taille moyenne apportent 32 mg de zinc, soit 3 à 4 fois la dose journalière recommandée !
Les autres types de coquillage sont moins riches mais restent des sources très intéressantes.
Les moules, les crevettes et les crabes sont aussi riches en zinc.

Oeufs, viande et fromage

  • L’œuf et principalement le jaune,
  • La viande
    La meilleure source de zinc est la viande, en particulier le veau. Vous trouverez, dans 100 g de viande de bœuf hachée presque 5 mg de zinc donc pratiquement la moitié des apports journaliers.
  • Le fromage
    Un morceau de comté par exemple contiendra 3 mg de zinc pour 100 g.

L’alimentation ne peut pas toujours suffire à couvrir vos besoins. Alors si vous prenez peu de ces aliments, il serait judicieux de prendre une supplémentation, à prendre  loin du fer si vous en prenez, car le fer et un chélateur du zinc.
Par ailleurs, évitez d’en prendre DURANT une infection, car le zinc, s’il est un facteur de croissance pour nous, il l’est aussi pour les cellules vivantes, dont les bactéries !!

Bien entendu, le zinc n’est qu’un des nombreux nutriments contribuant à soutenir et renforcer l’immunité. – Adopter une alimentation plus frugale (moins de sucres, moins d’alcool, moins de produits laitiers, favoriser légumes et fruits) est nécessaire.

Et le système immunitaire a besoin bien sûr d’autres nutriments tels :

  • Des omégas 3 EPA DHA (poissons gras comme les sardines ou le hareng, les maquereaux  au moins trois fois par semaine,  une cuillère d’huile de noix par jour par exemple pour assurer les besoins journaliers).
  • des aliments antioxydants avec des fruits et légumes colorés (cf l’articles sur les antioxydants)
  • vitamines A (patate douce, carotte, potiron cuit, huile de foie de morue, épinard…),
  • vitamines C (persil, kiwi, poivrons, agrumes…),
  • vitamines E (huile de tournesol, de noisette, d’avocat, de germe de blé…),
  • vitamines D car elle active les globules blancs (lymphocytes T) nécessaires pour fabriquer des anticorps et détruire les microbes. Dans l’alimentation, on en trouve surtout dans les poissons gras : foie de morue et son huile, harengs fumés, maquereaux, sardines, anchois…
  • Ainsi que de magnésium (céréales complètes, noix de cajou, amandes, noix du Brésil, chocolat noir, Bananes…),  – de sélénium(poissons et  fruits de mer, viandes, abats, œufs, légumes secs,  aliments céréaliers complets et  fruits à coque)

Améliorer son système immunitaire, c’est renforcer sa santé et vice-versa. Plus notre système immunitaire est sain et fort, plus nous sommes protégés contre les infections

Face à cette pandémie de coronavirus, nous avons vu la première action, celle de l’alimentation, voici quelques autres conseils naturopathiques, 3 actions clés :

  1. SOUTENIR SON FOIE
    Son fonctionnement optimal étant crucial pour l’efficacité du système immunitaire : Le foie contient majoritairement des cellules de l’immunité naturelle qui lui permettent d’assurer son rôle de première ligne de défense vis-à-vis des molécules du tube digestif. Une cure de détoxination, avec en ce moment par exemple pour certaines personnes l’apport de sève de bouleau peut par exemple drainer les émonctoires : il s’agit du couple  foie-intestins, des reins, des poumons et de la peau  
  2. RENFORCER SA BARRIERE INTESTINALE
    Prendre soin de ses intestins, car c’est au niveau intestinal que se trouvent les éléments responsables de la défense de l’organisme. Ainsi un transit perturbé est le signe que l’intégrité de la barrière intestinale est menacée, et il est essentiel de réharmoniser votre flore intestinale. De plus, la flore intestinale modifie l’assimilation des nutriments, comme les oligo-éléments, les vitamines.
  3. GESTION DU STRESS ET DU SOMMEIL  :
    Le stress chronique entraine la libération d’hormones du stress comme le cortisol. Ces hormones nuisent directement aux défenses immunitaires. Donc toute psychose collective et  peur du coronavirus laissent moins de chances d’y résister. Il existe de multiples exercices de respiration pour revenir à l’état d’équilibre et se « recentrer » telles la respitation alternée, la cohérence cardiaque…

Se reposez et dormir suffisamment. La régularité compte et quatre heures de sommeil en moins baissent de 30% l’activité de notre système immunitaire.  

Ainsi, une nutrition de haute qualité (bio, cuite à la vapeur douce ) est inséparable d’une hygiène de vie intégrant l’exercice physique dans la nature ou fenêtres ouvertes pour oxygéner les cellules, la respiration, le sommeil  et l’apaisement mental par différentes techniques propres à chacun. A commencer par prendre un peu de distance avec les informations de masse relayées par les médias !

J’espère vous avoir convaincu sur l’importance d’avoir un bon taux de zinc durant cette crise sanitaire.

Le soutien d’un naturopathe certifiée OMNES, l’Organisation de la Médecine Naturelle et de l’Education Sanitaire pour un  rééquilibrage alimentaire personnalisé ou un programme d’hygiène vitale peut vous être précieux. L’omnes garantit le choix d’un naturopathe professionnel ayant obtenu sa certification

Et si au lieu de prendre des compléments alimentaires de façon hasardeuse, il ne serait pas mieux de faire un point et d’observer depuis la base son mode de vie ?
Etre aidé pour envisager d’autres comportements  afin de regagner en  énergie  & vitalité ?

De nombreuses questions sont à se poser, comme par exemple :

  • Avez-vous un quota de « bons » lipides dans votre alimentation?
  • Accordez-vous trop de place aux glucides chaque jour ? Quel est le ratio des huiles végétales ?  Consommez-vous régulièrement des oméga 3 ? Végétaux ? Animaux ?
  • Quel est le ratio des légumes non féculents par jour ?
  • De quelles couleurs sont   vos assiettes en majorité ?
  • Quelle est la part du cru et du vivant ? –
  • Consommez – vous des nutriments faisant « office » de probiotiques et prébiotiques  ?
  • Quelle est la part de l’alimentation industrielle dans  vos assiettes ? Le ratio de produits laitiers ?
  • Quel est le ratio d’incidence du blé dans l’alimentation?
  • Quelle est votre pratique d’exercice physique ? Energétique ? Pratiquez-vous des pranayamas, de la cohérence cardiaque ? Des techniques de recentrage, de méditation
  • Utilisez-vous les fleurs de Bach ou l’aromathérapie pour la gestion des émotions ?

Je suis à votre écoute pour vos questions.

Par ailleurs, un bilan OLIGOSCAN  permet d’établir un bilan minéral en temps réel en détectant carences et excès en minéraux et oligo-éléments, ainsi que la présence de métaux lourds dans l’organisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *